LET’S DANCE

Affiche réalisée avec Photoshop
Affiche Danse

Réalisation d’une affiche évémentielle sur la danse. Utilisation de brushes pour les effets de désintégration.

 

Pour le titre, la police Fibre Vintage, typographie se distinguant par son niveau de dégradation.

Et pour le texte, la roboto condensed, aux formes géométriques et mécaniques qui a la particularité d’être facile à lire.

 » La courbe « 

la-courbe-gorges-de-villiers
la-courbe-gorges-de-villiers_Peinture à l'huile ©elobibie
Un soleil pâle s’invite sous les ombrages,
Faisant chanter l’âme des fleurs 
Dansant sur le miroir de l’eau.
Un bruissement de feuilles, 
Des ombres qui dansent,
Un doux parfum de fleurs,
Bercent les courbes de l’onde 
Qui s’arc en ciel sous la jupe des fleurs.
 

 » Maeva « 

maeva-peinture-a-l-huile-©elobibie
Maëva-peinture-a-l-huile
Je suis une plume de nuit 
Une veilleuse solitaire 
J’ulule, feutré dans le grand chêne 
Suscitant 
Aux piétineurs de rêves 
Un rebroussement poli. 
Je suis Totem de vos nuits 
Ensoleillé de lune 
Semeuse de lumière 
Et d’histoires 
La pénombre est ma luciole 
Et j’éteins vos paupières endormies.
Attire !
D’elle 
Qui peint mes attraits 
Pour me faire jolie. 
Ailes 
Sont l’Art 
En couleurs et en poésie 
Duveteuses 
Pour chatouiller la grâce 
De l’enfant qui sommeille
Dans l’arrondi de la femme 
Peintre
Qui caresse la toile 
Pour me faire naître ainsi
De la plume aux pinceaux 
Je suis 
Votre Maëva chérie.
 
La biche 
L’Art-Terra-biche 
C.F

 » Élégie pour l’Artique « 

L'élégie-pour-l'artique peinture abstraite
L'élégie-pour-l'artique peinture abstraite
Majestueux et grandiose
Le glacier s’impose
Laissant le regard émerveillé 
Par tant de beauté.
Lorsque les premières notes
Avec délicatesse, s’envolent 
Le clapotis de l’eau
S’élance tel un oiseau
Sur les parois de la banquise 
Impuissantes et affaiblies.
Les sommets enneigés 
Dans ce décor glacé 
Veillent avec véhémence 
Et aspirent au silence.
Soudain, le glacier craque 
Sous les notes délicates 
De celui qui a osé 
Jouer pour le sauver.
 
©Elisa Galam

 » L’AUBE D’ARLEQUINE « 

l'aube d'arlequine

Est-ce l’arbre
Qui appelle
Ou l’oiseau
Qui choisit
Ses branches
Pour poser
Ses fétus
De paille
En papillons
De jour, de nuit
Mumures
D’oreille à l’épaule
Je reste là
Aube d’arlequine
Revenue fleurir
La souche adossée
À l’ombre
Comme un soleil
Lève-toi
Sur le monde

Carole Renaud

©La main et l’œil